CHSCTA du 12 avril 2018

Déclaration de de la FSU au CHSCTA de l’académie d’Orléans-Tours.

Article mis en ligne le 19 avril 2018
logo imprimer

Ce CHSCTA se tient dans un contexte particulièrement délétère pour la
Fonction Publique et les agents qui la font vivre. Les différents chantiers
ouverts par le gouvernement sur la refondation des services publics dans le
cadre du Comité Action Publique 2022 sont à la fois porteurs de régression
tant pour les agents que pour les usagers.
La perspective de voir la « modernisation » passer par la fusion de certaines
instances, en particulier les CT et les CHSCT, fait irrésistiblement penser à
une volonté de réduire la lente prise de conscience des effets de certaines
organisations ou conditions matérielles de travail sur la santé.
Les représentants syndicaux mandatés dans les CHSCT disposent de droits
et d’outils originaux et spécifiques à l’instance. Ces droits permettent de
mettre en débat le travail, son organisation et les moyens qui sont alloués
(en lien donc avec les CT). Il est reconnu, y compris par les employeurs
publics, que l’amélioration des conditions de travail est un facteur important
(mais non exclusif) d’amélioration de la qualité du service public. De même
il est indispensable de corréler efficacité du service public avec le respect
de la professionnalité de ses agents.
Ces sujets ne supporteraient pas leur dilution dans une instance fourre-tout
aux prérogatives immensément étendues. Les échanges et le dialogue
social sur la santé au travail, sur l’hygiène et la sécurité et sur les conditions
de travail seraient réservés aux services RH, alors que les CHSCT ont
contribué à dépersonnaliser les situations et interroger l’organisation du
travail.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.81
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2